Ma contraception sans hormones : le jour ou j’ai rencontré le stérilet au cuivre

contraception sans hormones stérilet au cuivre

Je voulais aujourd’hui vous parler d’un sujet qui me tiens vraiment à cœur et qui semble aussi intéresser de plus en plus d’entre vous : la contraception sans hormone. Essayer de répondre a vos questions, mettre à mal les clichés comme sur cette photo 😂

Je ne sais pas si le sujet se démocratise mais en tout cas la parole se libère et ça c’est vraiment une grande avancée et je veux avec cet article participer à faire bouger les choses.

Parce que ça fait 9 ans que je bataille et que c’est enfin la libération ! Victoire !!!

Retour sur ce parcours du combattant…

Je suis de nature très sensible, je ne sais pas si c’est les hormones ou pas mais toujours est-il que je suis plutôt émotive et que toutes les fluctuations hormones et moi ça n’a jamais fait bon ménage.

Aux alentours de mes 18 ans premier rendez-vous gynéco et on aborde la question de la contraception. A l’époque je ne suis pas trop informée sur le sujet et ma gynécologue me propose, comme à la plupart d’entre vous j’imagine, une pilule sans vraiment aborder les autres moyens de contraceptions existants.

Je repars donc avec mon ordonnance en poche et je commence ma plaquette le premier jour de mes règles suivantes.

Ma gynéco m’avais prevenu, on ne tomberais peut être pas sur la bonne du premier coup.

2 mois et 4KG plus tard, vertiges et sensation de malaise général permanente je reprends rendez vous chez ma gynéco.

C’est la que la joyeuse farandole a commencé : 10 pilules au total et aucune ne m’est jamais convenue !

Entre les mini dosées qui me donne des règles en permanence ou celles qui me donnent envie de vomir rien à faire…

Et c’est sas parler de ma libido proche du néant, des rapports douloureux et quasi-impossible, je vis un véritable enfer psychologique.

Je me documente et me renseigne sur le stérilet au cuivre. C’était il y a déjà 5 ans et à l’époque personne n’en parlais vraiment…

Je prend de nouveau rendez vous chez ma gynécologue et la ‘est la douche froide ! Elle refuse catégoriquement de me poser ce dispositif en me disant qu’il faudra lui couper les deux bras pour qu’elle accepte.

Je me sens seule, abandonnée avec mes problèmes auxquels personne ne veut répondre et que personne ne semble comprendre. C’est ma gynéco depuis déjà 4 ans à l’époque et je suis vraiment dégoutée de ne pas trouver une oreille attentive devant toute cette souffrance.

Je décide donc de changer de médecin et malheureusement une fois encore la réaction est la même….

Le bout du tunnel…

Et puis il y a un peu moins d’un an je débarque à Paris et je fais la rencontre de mon nouveau médecin traitant. Un homme, la trentaine d’une ouverture d’esprit incroyable ! Alleluia !

Lors d’une consultation de routine pour un rhume il me demande si je prends la pilulle et je lève les yeux au ciel en lui expliquant que malheureusement oui. Et là à ma grande surprise il s’intéresse à la question ! Je suis tellement soulagée !! Il cherche à comprendre, s’implique vraiment et je me sens enfin écoutée !

Il me conseille de prendre rendez-vous avec une sage-femme et d’envisager la pause d’un stérilet au cuivre. Il me conseille la maternité des Lilas qui s’occupe entre autre des pauses de stérilet.

Premier rendez vous avec la sage-femme, elle me met très à l’aise, m’explique tout et me laisse choisir entre la pause sans anesthésie ou avec anesthésie locale.

Je choisi l’anesthésie partielle, bien trop peur d’avoir atrocement mal… Je vais chercher le matos à la pharmacie, pour ma part j’ai un 7MED 380 NSTA (non ce n’est pas une fusée juste le nom de mon stérilet 😂 ) en taille small (quand on a jamais eu d’enfant) qui a en plus était totalement pris en charge.

La pause de l’engin…

Une semaine plus tard j’y suis. Avec une énorme boule au ventre, je suis totalement pétrifiée.

La piqure me fait quand même bien mal qu’on se le dise la zone est sensible hein on ne va pas se le cacher…

10 minutes après c’est fait je suis encore anesthésiée donc je ne sens pas grand-chose.

Les jours suivants non plus d’ailleurs. C’est partie pour 5 ans de tranquilité 😍

Mon bilan après 3 mois…

Tout va bien sauf à l’approche de mes règles où j’ai de grosses douleurs dans le ventre (type contraction, un truc vraiment intense quoi…) Re-beloote à la fin et les deux, trois jours suivant l’arrêt de mes règles.

J’ai d’abord eu peur quand ça m’est arrivé le premier mois suivant la pause en pensant à un rejet ou un déplacement du petit animal.

Après la première echo de contrôle tout va bien, juste le temps de s’habituer. C’est quand même un corps étranger et certaines le supportent mieux que d’autres.

Le problème n’a toujours pas disparu mais les douleurs sont moins intenses et durent moins longtemps depuis, j’espère que ca va finir par s’arrêter et après appel du gynéco pour lui rien de grave juste le temps que les choses se fasse…

Au niveau de mes règles

Le deuxième jour est extrêmement abondant mais car mes règles le sont déjà donc mon flux est quand même un peu plus important ce jour la mais sinon elles sont quasiment comme avant !

Niveau libido

C’est reparti et ça fait extrêmement plaisir et beaucoup de bien dans mon couple 😊

Malgrè ces douleurs ça a tellement changé ma vie que je ne reviendrai pour rien au monde à une contraception avec hormones.

Ce site d’ou provient mon image parle de très bien de la contraception avec stérilet.

Voilà j’espère que cet article vous aidera si vous envisager de changer de contraception et répondra à pas mal de vos interrogations et n’hésitez pas à en laisser vos commentaires et vos questions  si besoin 🙂

 

 

 

 

6 comments on “Ma contraception sans hormones : le jour ou j’ai rencontré le stérilet au cuivreAdd yours →

  1. J’ai arrêté ma pilule il y a deux mois et demi, mais le stérilet me fait bien trop peur. J’ai en plus des problèmes de santé (juste momentané j’espère) qui font que mon utérus est bien trop sensible pour que j’aille y mettre quoique ce soit ^^. Du coup je suis cantonnée au préservatif (coucou je retrouve ma jeunesse !) mais c’est pas la folie non plus !

    1. Mince j’espère pour toi que ça s’arrangera vite, courage ! Le préservatif c’est un peu galère c’est clair ! Moi aussi j’avais très peur je dois l’avouer mais finalement ce n’a été (pour moi en tout cas) que quelques minutes de souffrance et depuis malgrè quelques douleurs, qui sont de plus en plus rares après seulement trois mois, c’est la libération. Je pense quand même que le psychologique joue un grand rôle aussi au debut j’avais limite peur qu’il tombe quand je faisais pip (truc impossible hein je prefere preciser ) et puis je me suis dit a moi même je veux l’accepter, ca se passe bien, je suis contente de mon choix etc et je pense que ca m’a aidé quand même 🙂

  2. Merci pour ce super article !
    Je n’ai pas eu tous tes soucis avec la pilule… Je n’en ai eu qu’une seule et jusqu’à aout dernier, je la prenais encore (depuis 6 ans). J’ai arrêté lorsqu’un de mes potes est tombé malade d’un cancer, ça m’a stoppé direct et je ne souhaite plus m’empoisonner. Et faut l’avouer, c’est contraignant !
    Actuellement, on utilise des préservatifs mais d’ici peu, je pense que je prendrais rendez-vous avec une gynéco sur Lyon pour parler contraception ^^
    Fiona

    1. Merci Fiona et merci pour ton retour ça me fait plaisir de pouvoir aborder ce sujet encore tabou et qui pourtant nous concerne tellement dans notre vie de tous les jours 🙂 Oui malheureusement il y a tellement de substances qui nous empoisonnent à petit feu ! J’avoue on a eu cette période aussi avec mon chéri et c’est un peu relou. Courage pour ton rendez-vous et si elle est vraiment réfractaire n’hésite pas à te renseigner auprès d’une sage femme qui sera peut être plus ouverte et du coup mieux a même de te conseiller sur le sujet.
      Bisous
      Bonne journée 🙂

  3. Super article ! Ca fait quelque années que je pense à arrêter la pilule pour arrêter de prendre des hormones. Comme toi, j’ai eu pas mal de mal à trouver des infos et tous le médecins m’ont déconseillé le stérilet vu que je n’avais pas encore d’enfant. Ca fait du bien de lire ton témoignage.

    1. Merci ma belle ! Aucune crainte à avoir pour ce qui est question d’enfants il en existe deux types et les stérilets au cuivre sont justement fait pour les femmes qui n’en ont pas eu et les tailles sont complètement adaptées !! Ne te décourage pas en tout cas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *